équilibre bioculaire

 

En vision bioculaire, les deux yeux fonctionnent en même temps mais on a éliminé la fusion à l’aide d’un dissociateur.

Si l’on opère avec un réfracteur, on pourra choisir :

·         la méthode des prismes de Von Graefe

·         la méthode des filtres polarisés

·         le test rouge vert polarisé avec filtres polarisés en cas d’anisoacuité.

Avec les lunettes d’essai, la méthode la plus pratique est l’occlusion alternée.

 

Pourquoi ce test ? Lors de l’examen de vue monoculaire, en brouillant le sujet au départ, on a essayé de le faire relâcher son accommodation. Dans quelques cas, le relâchement d’accommodation sera différent sur les deux yeux. En vision bioculaire ou binoculaire, les deux yeux accommodent toujours de la même quantité. La focalisation avec les compensations trouvées en monoculaire ne sera donc plus correcte pour l’un des deux yeux. L’une des images rétiniennes sera alors plus nette que l’autre ce qui gênera le processus de fusion.

Dans l’équilibre bioculaire on va donc s’attacher à ce que la qualité des images rétiniennes soit identique pour favoriser le processus de fusion. Il est évident que ceci n’est possible que si les deux yeux en monoculaire ont une acuité sensiblement identique (dans le cas contraire on pénaliserait le meilleur œil). Avec le réfracteur, on peut établir une focalisation identique pour deux yeux n’ayant pas même acuité avec le test rouge vert polarisé.

1       Méthode des prismes de Von Graefe

On présente au sujet une ligne horizontale d’acuité environ 8/10 (elle doit être inférieure à l’acuité obtenue après compensation monoculaire). On brouille légèrement les deux yeux d’environ 0,50 d (pour les personnes de plus de 60 ans il est souvent préférable de ne brouiller que de 0,25 d). On s’assure que malgré le brouillage, avec chaque œil le sujet lit bien la ligne de lettre.

On place devant l’œil droit un prisme 3 D base en bas et devant l’œil gauche un prisme de 3 D base en haut (à l’aide des diasporamètres).

On demande au sujet s’il voit bien deux lignes de lettres. Si ce n’est pas le cas, il y a absence de vision simultanée avec ce dissociateur et il faudra tenter une autre méthode.

On lui demande s’il voit plus nette ou moins floue l’une des lignes de lettres.

·         Le client voit les deux lignes identiques : l’équilibre bioculaire est réalisé

·         Il voit une ligne plus nette : on brouille de 0,25 d l’œil qui voit la ligne la plus nette (l’œil droit voit la ligne du haut et l’œil gauche celle du bas).

On repose la question.

·         le sujet voit les deux lignes identiques : l’équilibre bioculaire est réalisé.

·         il voit une ligne plus nette :

o        si c’est la ligne opposée à celle qu’il a vue plus nette au premier essai, on lui demande si la différence de netteté est plus grande que la fois précédente. S’il sait répondre à cette question on choisit de laisser ou de supprimer le brouillage de 0,25 d que l’on a introduit. S’il ne sait répondre, je trouve préférable d’ôter le brouillage introduit précédemment.

o        s’il s’agit de la même ligne, on brouille de nouveau de 0,25 d l’œil voyant le plus net et l’on recommence. Mais attention, il est rare d’avoir à rééquilibrer de plus de 0,25 d et presque jamais de plus de 0,50 d. Une demande de la part du sujet supérieure doit nous faire nous interroger sur le déroulement de notre examen de vue.

 

2       Méthode des filtres polarisés

On présente au sujet le test des lignes de chiffres polarisés après l’avoir brouillé de 0,50 d. On s’assure qu’avec chaque œil il lit au moins 4 chiffres de chaque ligne. On introduit les filtres polarisés (couronne du réfracteur). Avec un cache, on peut s’assurer qu’avec l’œil droit il voit la ligne du haut et avec l’œil gauche celle du bas.

Avec les deux yeux, on lui demande s’il voit bien les deux lignes et on opère ensuite de la même façon qu’avec les prismes de Von Graefe.

3       Test bichrome polarisé

Ce test est rarement employé. Voir sa description et son utilisation dans le cours d’optométrie.

4       L’occlusion alternée

 On présente au sujet une ligne d’optotypes 8/10. On brouille sa vision à partir des compensations monoculaires d’environ 0,50 d ( 0,25 pour les personnes plus âgées). Certains optométristes préfèrent effectuer ce test sans brouillage préalable. La dissociation se fait alors par occlusion alternée (environ une alternance par seconde).

On demande au sujet s’il a l’impression de voir la ligne de lettre plus nette avec un œil qu’avec l’autre. La conduite du test se fait comme précédemment.


 Avantages:

·         méthode la plus pratique avec la lunette d’essai.

·         Seule méthode utilisable en cas de vision simultanée fragile.

 Inconvénients:

·         Difficulté pour certains sujets de faire la comparaison successive. Ils réussiront mieux ce test avec une comparaison simultanée (prismes, polariseurs).

Retour page précédente