comprendre la Presbytie

 

 

Avec l'âge, le cristallin perd de sa souplesse et le muscle ciliaire ne peut plus le déformer aussi facilement. L'amplitude d'accommodation du sujet va diminuer.

On dit que le sujet devient presbyte lorsque parfaitement compensé pour la vision de loin, il n'est plus capable d'effectuer un travail visuel prolongé au près.

Plusieurs formules ont été proposées pour traduire la diminution de l'amplitude d'accommodation ( Amax ) avec l'âge. On peut retenir celle de Donders, valable pour des sujets d'âge compris entre 35 et 55 ans, Amax = 12,5 - 0,2 N où N est l'âge de l'individu. Mais attention, il existe une grande variabilité entre les individus et en pratique cette estimation moyenne devra être toujours contrôlée.

On estime que la vision de près prolongée n'est pas fatigante tout le temps que l'amplitude d'accommodation du sujet reste supérieure à l'accommodation nécessaire pour son travail au près.

Avant de faire une recherche de la compensation nécessaire au presbyte, il faudra donc toujours commencer par s'assurer qu'il est parfaitement compensé en vision de loin.

  1. Evolution du parcours d'accommodation avec l'âge
  2. On va choisir trois types d'amétropes et essayer de caractériser leur vision entre l'âge de 20 ans et l'âge de 48 ans. On supposera:

    Exercice 1: Calculer le parcours d'accommodation du sujet à l'âge de 20 ans et à l'âge de 48 ans en supposant qu'il est emmétrope. Lors de l'examen préliminaire qu'obtiendrez-vous lors de la mesure des acuités au loin et au près dans chaque cas.

    Exercice 2: Toujours pour les mêmes âges, calculer le parcours apparent si ce sujet est myope, compensé par un verre de - 2,50 d placé à 15 mm de son point principal objet.

    Exercice 3: Même exercice en supposant le sujet hypermétrope compensé par un verre de + 4,00 placé à 15 mm de son point principal objet.

    Synthèse: Lors de l'examen préliminaire d'un client d'une cinquantaine d'années, n'ayant jusqu'ici jamais été compensé pour la VL, vous constatez que son acuité brute au loin est de 7/10. Quelle conclusion en tirez-vous? Est-il utile de lui faire le test du Parinaud?

  3. parcours d'accommodation confortable
  4. Le parcours d'accommodation confortable correspond à la portion de l'espace qui peut être vue nette avec une accommodation nécessaire inférieure à la moitié de l'amplitude d'accommodation.

    Exercice 4: Calculer le parcours d'accommodation confortable de l'emmétrope à 48 ans. Pourra-t-il encore sans fatigue effectuer un travail prolongé au près?

  5. Accommodation apparente et accommodation vraie
  6. Vous avez vu que l'accommodation nécessaire (sous entendu accommodation vraie) pour un œil regardant un point M est égale à:

    Nous allons définir l'accommodation nécessaire apparente pour l'œil compensé, par un verre mince placé en L, fixant le point ML par:

    Si l'œil porte sa compensation théorique, le remotum apparent est alors à l'infini et

      .

    Sur trois exemples, nous allons comparer les valeurs trouvées pour l'accommodation vraie et l'accommodation apparente.

    Exercice 5: Calculez l'accommodation vraie nécessaire et l'accommodation apparente nécessaire pour qu'un œil parfaitement compensé voie net un objet placé à 40 cm du plan des verres dans les trois cas suivants:

      • l'œil est myope et parfaitement compensé par le verre de - 2,50 d placé à 15 mm de H (point principal objet de l'œil).
      • l'œil est hypermétrope et parfaitement compensé par le verre de + 1,50 d placé à 15 mm de H.
      • l'œil est myope et parfaitement compensé par le verre de - 8,00 d placé à 15 mm de H.

    Dans chaque cas calculez l'erreur relative en confondant accommodation apparente et accommodation vraie. (rappel: l'erreur relative est égale à l'écart entre les deux valeurs que divise l'accommodation vraie et elle se donne en pour cent)

    L'accommodation apparente est beaucoup plus facile à calculer quand le sujet est parfaitement compensé que l'accommodation vraie. Les deux valeurs sont pour la majorité des compensations peu différentes. C'est pourquoi dans toutes les estimations de la compensation que l'on doit essayer pour compenser un presbyte on raisonnera toujours avec les accommodations apparentes.

  7. INFLUENCE D'une addition placée devant le couple parfaitement compensé
    1. Etude théorique:
    2. Un œil parfaitement compensé fixe un point ML situé devant le plan du verre de centre optique L.

      1. Exprimer l'accommodation apparente nécessaire à l'œil compensé pour voir le point ML net.
      2. On place maintenant devant le verre compensateur, un verre de puissance D (on admettra que son centre optique est confondu avec L).
        • Écrire la chaîne d'images de ML à travers D et l'œil compensé.
        • Calculer l'accommodation apparente nécessaire à l'œil compensé portant l'addition D pour voir le point ML net.
      3. Conclusion:
        • Quel est le rôle d'une addition D positive placée devant la compensation théorique sur la demande en accommodation?
        • Quel est le rôle d'une addition D négative placée devant la compensation théorique sur la demande en accommodation?
    3. Application lors de la recherche de l'amplitude apparente d'accommodation
    4. Exercice 6: Une cliente de 42 ans vient vous voir car elle éprouve des gênes lorsqu'elle lit longtemps et surtout lorsque la lumière est un peu faible. Vous vérifiez sa compensation de loin, elle est égale à la compensation théorique.

      Avec ses lunettes, son acuité de loin est de 14/10. Au près, elle lit le Parinaud sans difficulté à 40 cm, quand vous lui demandez de le rapprocher, vers 25 cm, elle le voit flou et a du mal à le lire.

      1. A l'aide d'un schéma commenté, expliquez pourquoi cette personne a plus de difficultés de lecture lorsque l'éclairage est faible.
      2. Déterminez l'amplitude maximale apparente d'accommodation de cette cliente.

      Exercice 7: Un de vos clients revient vous voir car il se plaint depuis quelques temps d'avoir quelques difficultés lorsqu'il lit longtemps. Il a maintenant 45 ans. Vous vérifiez sa compensation, elle est égale à la compensation théorique.

      Lorsque vous lui présentez le test de Parinaud 2 à 33 cm, il arrive à le lire avec sa compensation VL.

      Vous faites alors varier la puissance des verres portés de 0,25 en 0,25. Avec une variation de 0,75 d , il n'arrive plus à lire le Parinaud 2 toujours placé à 33 cm.

      1. Quand vous avez fait varier la puissance des verres, quel était le signe de la puissance des verres ajoutés?
      2. Déterminez son amplitude apparente d'accommodation.

       

      Exercice 8: Vous recevez un client de 54 ans qui porte des progressifs depuis plusieurs années, il se plaint d'avoir de nouveau des difficultés pour lire au près. Les lunettes qu'ils portent datent de 4 ans. Vous vérifiez sa compensation VL et vous placez la compensation trouvée sur la lunette d'essai. Avec cet équipement, il ne peut lire le Parinaud 2 placé à 40 cm devant ses verres. Vous décidez de placer en plus de sa compensation VL une addition de 1,50 d sur chaque verre. Avec cet équipement, il voit net le test lorsqu'il le rapproche jusqu'à une distance de 30 cm.

      Déterminez son amplitude d'accommodation apparente.

    5. Évaluation de l'addition nécessaire à partir de l'amplitude d'accommodation apparente
    6. Pour compenser la presbytie et obtenir une compensation confortable pour la VP, on ajoutera à la compensation VL une addition (Add) positive telle que l'accommodation apparente nécessaire soit égale à l'accommodation apparente disponible ( équivalente à la moitié de l'amplitude apparente d'accommodation) pour la distance de travail au près du sujet. Cette addition déterminée par le calcul à partir de la mesure de l'amplitude d'accommodation sera toujours essayée. Ce n'est qu'après l'essai de la compensation VP que la prescription aura lieu.

      Dans tous les problèmes de BTS, la relation permettant de calculer l'addition nécessaire doit être redémontrée, l'application mécanique de la formule n'est pas jugée satisfaisante. Dans l'exercice suivant, vous devrez au moins pour l'un des cas le rédiger en respectant cette recommandation.

      Exercice 9:

      1. La cliente de l'exercice 6 a une distance habituelle de lecture de 35 cm. Quelle addition allez-vous lui essayer?
      2. Le client de l'exercice 8 a une distance de lecture de 40 cm. Quelle addition allez-vous placer sur la lunette d'essai pour faire l'essai de la compensation VP?
    7. Parcours d'accommodation apparents du presbyte compensé
      1. Presbyte compensé par double foyer:
      2. Exercice 10: Vous avez prescrit à un client une addition de 1,25 d . Avec cette addition, il met en jeu la moitié de son amplitude apparente d'accommodation quand il lit à 40 cm. Il porte des doubles foyers.

        1. Déterminez son parcours d'accommodation apparent à travers sa VL.
        2. Quelle sera l'acuité en vision de loin de ce client s'il regarde un test à 5 m à travers sa compensation VP?
        3. Déterminez son parcours d'accommodation apparent à travers sa compensation VP.
        4. Conclusion.

         

        Exercice 11: Reprenez l'exercice précédent dans le cas d'un client auquel vous avez prescrit une compensation de 2,25 d .

      3. Presbyte compensé par verres progressifs
      4. Exercice 12: Un client de 45 ans vient vous voir car depuis un bon moment, il a du mal en vision de près. Il a depuis plusieurs années des lunettes ODG + 1,00 d qu'il ne portait qu'au près au début et a tendance à porter maintenant tout le temps. Après examen, vous concluez que la compensation de ce sujet est ODG + 1,00 d Add + 1,50 d . Ce sujet a choisi d’être équipé en verres progressifs. Il vous signale quelques temps après qu’il éprouve une gêne lorsque lisant le bas d’un document, il doit rapidement rechercher un renseignement dans le haut de celui-ci.

        Le fabricant des verres vous a fourni la progression de l’addition (figure) et dans sa publicité, il indique que 85% de l’addition sont obtenues quand la ligne de regard s’abaisse de 25°.

        On envisage uniquement le cas de l’œil droit qui a été équipé de +1,00 addition +1,50. Dans cette question, on ne tiendra pas compte des effets prismatiques.

        a) Le sujet place, sur sa table de travail, le haut de sa feuille en T1 (LT1 = 40 cm). Quand il fixe ce point, sa ligne de regard s’abaisse de 15°. A partir de la courbe de variation de l’addition en fonction de la hauteur à laquelle la ligne de regard traverse le verre, déterminez l’addition disponible en T1. Q'C = 25 mm (C centre du verre)

        Calculez l’accommodation apparente nécessaire pour voir T1 net?

        b) Le sujet fixe un point T3 où 100% de l’addition est disponible (LT3 = 31 cm, T1 T3 = 20 cm). Calculez l’accommodation apparente nécessaire pour voir T3 net.

        c) Quelles étaient les accommodations apparentes nécessaires quand le sujet portait son ancienne compensation?

      5. Comparez les variations d’accommodation dans les deux cas. Cela vous permet-il d’expliquer la gêne ressentie par votre client

         

        Exercice 13: Ce même client travaille maintenant sur ordinateur. Il vient vous voir car il se plaint qu'avec ses progressifs, quand il travaille longtemps, il a mal aux cervicales. En le questionnant, vous apprenez que son écran est placé à 40 cm devant ses yeux et à peu près au niveau horizontal de ses yeux quand il tient la tête verticale.

        Pour lire à 40 cm pendant une durée prolongée, il doit utiliser pratiquement 100% de son addition. En supposant que les verres soient perpendiculaires à sa direction de regard primaire, déterminez la position que doit avoir la tête de votre client pour pouvoir lire nettement sur son écran? Cela explique-t-il ses problèmes?

        Ces deux exercices ont pour but de vous montrer que si les progressifs sont des compensations permettant de voir net à toutes les distances, contrairement à ce que laisse entendre la publicité, ils ne "redonnent pas la vue de vos 20 ans". Dans certains métiers, ils posent le problème de la position de la tête (garagistes travaillant sous une voiture, électriciens travaillant au plafond…). Dans le cas du travail sur ordinateur, si l'écran est plus éloigné (50 ou 60 cm), la personne doit utiliser le canal de progression et dans ce cas, le champ de vision nette est réduit et il doit déplacer la tête pour lire toute la largeur de l'écran.

        Il n'en reste pas moins malgré ses remarques que les progressifs ont été un grand progrès dans la compensation de la presbytie. Il faut simplement bien cerner les occupations du client pour le prévenir des problèmes qu'il peut rencontrer et dans certains cas savoir lui dire qu'il lui faudra pour certaines tâches une paire de lunettes spécifique.

         

Retour page accueil                 Corrigés exercices 1-3  4-5  6-8 9 10-11 12-13