controle de l'acuité stereoscopique

 

PLAN

I - Tests polarisés en VL

1 - Test de contrôle des projecteurs de tests
2 - Test de contrôle du Polatest
3 - Tests de mesure au Polatest

II - Tests polarisés en VP

1 - Optoprox
2 - Test de la mouche
3 - Points de Wirt

III - Anaglyphes

1 - en VL et en VP : Les anneaux de BROCK
2 - en VP : Test TNO
3 - Les stéréogrammes

Retour au sommaire

 

 

Il existe de nombreux tests de contrôle de l'acuité stéréoscopique. Ils sont tous conçus sur le même principe. Le sujet observe un test sur lequel figurent deux images disparates planes. Un système de séparation (filtres polarisés, rouge-vert), permet au sujet de voir avec chaque œil une image différente. Il est bien entendu que le sujet a les deux premiers degrés de la vision binoculaire. Il va les fusionner et aura une impression de relief si son acuité stéréoscopique est supérieure à celle du test considéré.

Il faut distinguer les tests de contrôle et les tests de mesure.

  1. Tests polarisés en VL
  2.  
    1. Test de contrôle des projecteurs de tests:
    2. Le sujet est muni de filtres polarisés à 45° et 135°. Le test est projeté sur un écran métallique pour éviter la dépolarisation de la lumière. Le rond central n'est pas polarisé et sera donc vu par les deux yeux, les traits supérieurs et inférieurs sont polarisés l'un à 45° l'autre à 135°. Sur certains projecteurs de tests le segment en haut à droite et celui en bas à gauche ont même polarisation (test n°1) et sur d'autres les segments du bas et du haut sont polarisés de la même façon (test n°2). Dans le premier cas, si l'œil droit porte le filtre polariseur à 135°, le sujet s'il fusionne les segments, extériorise celui du haut en avant du point et celui du bas en arrière. Dans le second cas s'il y a fusion, les deux segments seront extériorisés en avant du plan de projection. Si vous ignorez quel test est projeté, après avoir demandé au sujet combien de segments il voit pour vous assurer de la fusion, il faut prendre soin de poser une question qui convienne aux deux cas du genre "Est-ce que les segments vous paraissent dans le même plan que l'écran, plus proches ou plus éloignés?". L'extériorisation vers l'avant doit se faire entre 1m et 1,50m en avant du plan de projection. On le contrôle aisément en déplaçant sa main et en demandant au sujet s'il voit le trait entre lui et la main ou entre l'écran et la main. Il faut aussi noter le temps qu'a mis le sujet pour percevoir le relief.

    3. Test de contrôle du Polatest:

      Identique au précédent dans son principe: les traits sont remplacés par des triangles.
      Attention, la polarisation est à 90° et 0°.

      Les triangles sont extériorisés en avant ou en arrière suivant la position des analyseurs. On peut les retourner. Il faut noter la distance entre le plan de perception des triangles et le plan du test et le temps nécessaire au sujet pour percevoir le relief.

      Un retard à l'avancement des triangles peut être le signe d'une exophorie difficilement compensée et au contraire un retard au recul le signe d'une ésophorie. Ces remarques ont bien valables pour le test précédent. Les hyperphories, les mauvais équilibre dioptriques, la fatigue visuelle ou générale retardent le temps de perception du relief

    1. Tests de mesure au Polatest:

    Sur l'écran, il y a plusieurs lignes de symboles polarisés. Le sujet est muni des polariseurs Zeiss et on lui demande d'indiquer dans chaque ligne s'il voit l'un des symboles en avant du plan du test. L'acuité stéréoscopique du sujet correspond à la valeur indiquée pour la dernière ligne de symboles où il a perçu le relief. Sur le polatest, il y a deux écrans avec pour acuités 5', 4', 3' pour le premier et 2', 1', 0,5' avec des lignes de symboles différents et des écrans avec le même symbole pour les 3 acuités testées identiques aux précédentes .
  3. Tests polarisés en VP
    1. Optoprox:
    2. Le test du point et des deux segments existe sur l'Optoprox, il est utilisé comme le test identique en VL et permet de constater un bon fonctionnement de la vision stéréoscopique en VP.

    3. Test de la mouche:
    4. On donne au sujet muni des analyseurs le test de la mouche ( photo d'une mouche formée de deux pellicules polarisées à 45 et 135°). Il le tient à sa distance de lecture habituelle (environ 40 cm). Il doit voir les ailes au dessus du plan du test. On lui demande de pincer le bout des ailes. On note la valeur du soulèvement et la rapidité avec laquelle le sujet a vu les ailes s'élever. Si la vision stéréoscopique est dans la norme, le bout des ailes doit s'élever de 2 à 4 cm. C'est aussi un test de dépistage. La surface du test étant importante, il peut être réussi même en cas de déficience fovéale.

      Il existe aussi le test du papillon (Synthetic Optics Corp) ne nécessitant pas de filtres polarisés. La séparation des images est obtenue par un effet prismatique crée par de microprismes déposés sur les deux photos superposés. Le test doit être placé dans le plan médian, à 40 cm environ devant les yeux du patient.

    5. Points de Wirt:

    Le test comporte neuf séries de 4 cercles placés dans un rond blanc. Dans trois des ronds, il s'agit d'un cercle noir. Dans le quatrième, il y a en réalité deux cercles identiques aux trois autres mais polarisés à 45 et 135° et légèrement décalés(voir agrandissement de la figure 1). Lorsque le sujet est muni des analyseurs, si son acuité stéréoscopique est supérieure à l'acuité d'un test, il doit voir un point se soulever au dessus des autres. Sur la photographie, pour les trois premiers éléments, on distingue bien le rond blanc dans lequel se trouvent les deux cercles polarisés. Pour les suivants, la disparité entre les deux cercles est trop faible pour que l'on puisse la voir. On demande au sujet d'indiquer pour chaque figure quel est le point qui paraît se soulever. On note la dernière figure où le sujet peut distinguer le soulèvement. Si le sujet est dans la norme, il doit voir correctement le point soulevé sur les 9 figures (les acuités varient de 800" sur la figure 1 à 40" sur la figure 9 en passant par les valeurs 400", 200", 140", 100", 80", 60"et 50" ).

  4. Anaglyphes
    1. en VL et en VP : Les anneaux de BROCK
    2. Sur une carte à fond noir, on trouve un cercle blanc de fixation centrale, deux séries d'anneaux l'un rouge l'autre vert. Ces anneaux sont légèrement décalés, les rouges à gauche. Le sujet est muni de lunettes rouge vert (filtre rouge sur l’œil droit) et on lui demande de fixer le point central. On lui fait indiquer ce qu'il voit: nombre d'anneaux, couleur. S'il voit deux anneaux blancs (un grand et un petit) on le questionne sur position relative des anneaux (sont-ils soulevés et de combien). Si le sujet est dans la norme, il doit voir deux anneaux blancs: le grand anneau doit être en avant d'environ 2 m et le petit d'environ 1,25 m. S'il ne voit que les anneaux verts ou rouges, il y a suspension d'un œil. S'il voit 2 anneaux rouges et deux verts décalés, le sujet ne fusionne pas malgré le cercle central, il y a donc une hétérophorie mal compensée.

       

    3. en VP : Test TNO
    4. Ce test est principalement destiné aux enfants d'âge préscolaire (2,5 ans à 5 ans). Il comporte sept planches à regarder avec des lunettes rouge-vert. Les trois premières planches permettent d'établir rapidement si la vision stéréoscopique est présente. Trois planches permettent une mesure quantitative. Il y a aussi une planche permettant la mise en évidence de la suppression dans le cas d'une absence de stéréopsie.

      Ce test est très souvent utilisé en dépistage. Plusieurs enquêtes ont montré que si l'acuité stéréoscopique est inférieure à 240'' chez l'enfant, celui-ci présente à 95% un problème visuel. Le test à 240" sert donc de crible et tous les enfants n'ayant pas cette acuité doivent subir un examen de vue.

      Le test doit être présenté à 40 cm, bien en face, devant le patient et être bien éclairé. Les planches peuvent être présentés à l'envers pour que les figures soient vues vers l'arrière. Le même effet est obtenu en inversant les lunettes rouge-vert.

      Voici l'exemple de la planche II: Deux ronds sont visibles si l'enfant n'a pas de vision stéréoscopique. S'il en a une, deux autres ronds apparaissent en avant dans les deux autres carrés. Avec la question "Combien de ronds vois-tu?", on peut déterminer la présence ou l'absence de stéréopsie. Les deux ronds visibles par tous permettent à l'enfant de croire qu'il a réussi le test et donc d'éviter le sentiment d'échec.

    5. Les stéréogrammes

Il existe plusieurs types de stéréoscopes: à miroirs, à prismes et à lentilles. Les plus utilisés sont ceux à lentilles. Le test est placé dans le voisinage du plan focal des lentilles et l'extériorisation se fait en vision de loin.

Le test étant au voisinage du plan focal, les lentilles vont donner de chaque partie une image se trouvant à une distance éloignée. Le système visuel va fusionner les deux grands cercles et les deux petits cercles. Les deux images rétiniennes des petits cercles présentent une disparité. Les extériorisations théoriques des petits cercles seraient croisées et donc lors de la fusion il sera extériorisé en avant du plan du grand cercle.

Retour au sommaire