DETERMINATION DE LA COMPENSATION
ASTIGMATE A L’AIDE DU TEST MIRE - CHEVRONS

 

DESCRIPTION DU TEST

1 - PRINCIPE DU TEST

            1 - Conditions d’utilisation
            2 -
Aspect du test dans la position de départ
            3 -
Recherche de l’axe de la compensation en cylindre négatif
            4 -
Recherche de la puissance du cylindre compensateur
            5 -
Position correcte du test

2 - TECHNIQUE PRATIQUE

            1 - Vous avez estimé l’axe de la compensation astigmate cas qui doit être le plus fréquent avec un bon examen préliminaire
            2 -
On n’a pas d’hypothèse fiable sur l’axe de l’astigmatisme du sujet lors de l’examen préliminaire et le sujet a répondu au test de Parent

Retour à l'accueil

 

 

DESCRIPTION DU TEST

        

 

 

 

Le test Mire-Chevrons ou Carrés-Chevrons est formé par deux mires dont les traits constitutifs sont perpendiculaires et d’une série de chevrons inclinés à 60° sur l’horizontale. Le disque qui les porte tourne autour de son centre. Un index se déplaçant devant le cercle de graduations permet de repérer la position. La position 0° correspond à la bissectrice des chevrons verticale.

  1. PRINCIPE DU TEST
    1. Conditions d’utilisation
    2. Le sujet porte la sphère de meilleure acuité D0 que l’on vient de déterminer par la méthode du brouillard. Son acuité V0 du sujet doit être d’au moins 2/10 pour que ce test puisse être utilisé. Nous allons placer approximativement le sujet en situation d’astigmatisme myopique simple en le rebrouillant d’environ 0,50 ou 0,75d à partir de la sphère déjà portée (sphère de meilleure acuité)ce qui fera chuter l’acuité (le vérifier). Dans cette situation, l’accommodation n’est pas sollicitée.

      Si nous choisissons pour notre exemple un astigmate direct d’axe à 20°, tout point du test est extériorisé sous la forme d’une ellipse de grand axe à 110°.

       

       

       

       

       

       

    3. Aspect du test dans la position de départ:
    4. Si l’on n’a pas fait d’hypothèse sur l’axe de la compensation de l’astigmatisme, le test est présenté bissectrice des chevrons verticale (position 0°). Ce choix s’impose car la majorité des astigmatismes sont de type direct.

       

       

       

       

       

       

      En reportant sur chaque trait l’extériorisation d’un point de ce trait, on constate que la mire horizontale sera vue beaucoup moins nette que la mire verticale.
      - largeur de l’extériorisation d’un trait horizontal: a sin 70° = 0,94 a (a désigne le grand axe de l’extériorisation d’un point)
      - largeur de l’extériorisation d’un trait vertical: a sin 20° = 0,34 a .
      Le chevron de gauche est vu plus net que le chevron de droite.

    5. Recherche de l’axe de la compensation en cylindre négatif
    6. Pour trouver cette direction, on va rechercher la position telle que le sujet extériorise les deux côtés du chevron de façon identique (il les voit alors aussi nets, aussi noirs).

       

       

       

       

       

       

      Ceci sera le cas lorsque l’angle entre le grand axe de la tache d’extériorisation d’un point et les branches des chevrons seront identiques. Pour ce faire, il faut amener la bissectrice des chevrons dans la direction du grand axe de la tache d’extériorisation.
      Il faut donc faire tourner le test de la pointe du chevron vu le plus net vers la pointe du chevron vu le plus flou.
      Lorsque le sujet perçoit les deux chevrons de façon identique, la bissectrice des chevrons est donc parallèle à la focale arrière donc perpendiculaire à l’axe de la compensation en cylindre négatif.

    7. Recherche de la puissance du cylindre compensateur
    8. Les deux chevrons sont vus identiques, l’axe de la compensation en cylindre négatif est donc 20°. A ce moment, les traits de la mire parallèles à l’axe de la bissectrice des chevrons sont vus pratiquement nets donc très noirs alors que les traits perpendiculaires sont vus très flous.

                                                      

       

       

       

       

       

      On va alors ajouter des cylindres négatifs de puissance croissante dans l’axe trouvé 20°. La puissance du système compensateur - oeil va donc diminuer dans le méridien à 110° et T’110 va se rapprocher de T’20.

       

       

       

       

      Pour la valeur correcte du cylindre compensateur, la puissance de l’oeil dans les deux méridiens est identique, l’oeil est devenu sphérique. La tache de diffusion d’un point du test est devenue circulaire, les deux mires sont alors vues identiques.

    9. Position correcte du test
    10. Pour que les deux branches des chevrons soient vues identiques, nous avons vu que l’angle entre la branche et le grand axe doit être le même pour les deux côtés. Nous avons vu une solution: la bissectrice des chevrons est parallèle au grand axe. Vous pourrez, en faisant le schéma, montrer que si la bissectrice des chevrons est perpendiculaire au grand axe de la tache d’extériorisation les deux côtés du chevron sont aussi vus identiques. Mais, cette position conduit à trouver le contraxe.

      Lors de la recherche de l’axe de la compensation astigmate, il faut donc toujours s’assurer que la bissectrice des chevrons est parallèle à la direction des traits de la mire vus les plus nets.

  2. TECHNIQUE PRATIQUE
    1. Vous avez estimé l’axe de la compensation astigmate cas qui doit être le plus fréquent avec un bon examen préliminaire
    2. 1 - Rechercher la sphère D0 de meilleure acuité puis rebrouiller le sujet de 0,50 ou 0,75 d . S’assurer du rebrouillage.
      2 -

      1. Placer directement le test avec son repère dans la position estimée (bissectrice des chevrons perpendiculaire à cette direction)
      2.  Contrôler votre hypothèse en faisant comparer les deux mires (si vous avez commis un contre-axe, le sujet verra la mire perpendiculaire à la bissectrice plus noire).
      3.  Faire comparer les deux traits des deux côtés des chevrons.
        • Les deux traits sont vus identiques: l’axe de la compensation est trouvé. Le relever sur le cercle gradué.
        • - Un trait est vu plus net que l’autre. Tourner le test d’un angle dont la valeur dépend de l’astigmatisme estimé dans le sens: pointe du chevron vu le plus net vers pointe du chevron le plus flou. Reposer la question. S’il y a inversion, revenir de la moitié de l’angle et recommencer. Choix de la valeur de l’angle de rotation : avec un astigmatisme estimé au maximum à 1 d il faut tourner d’environ 20°, si l’on estime l’astigmatisme plus fort, se contenter de 10° .S’il n’y a pas inversion, poursuivre la rotation. Continuer l’examen jusqu’à l’obtention de l’égalité.
      4. Placer sur le réfracteur l’axe des cylindres négatifs à la valeur trouvée. A partir de la valeur de l’acuité V0 vous avez estimé une puissance du cylindre. Placer un cylindre de puissance C inférieure. Demander au sujet laquelle des mires lui parait la plus noire (la plus nette)
        • La mire la plus nette est la même qu’au départ: la valeur de C est trop faible. L’augmenter par sauts de 0,25 jusqu’à l’obtention de l’égalité.
        • La mire la plus nette a changé. C est exact ou trop fort. Pour le vérifier diminuer sa valeur de 0,25. Si vous retrouvez la mire de départ vue plus nette, C avait au départ la valeur exacte, dans le cas contraire, il faut recommencer.
        • Noter l’acuité obtenue et ajuster la sphère avec ± 0,25. Toujours commencer par le + 0,25, si l’acuité ne chute pas, la sphère n’est pas assez convexe. La modifier et recommencer. Si l’acuité a chuté avec + 0,25, remplacer par - 0,25, si l’acuité reste la même, la sphère est correcte et si au contraire l’acuité augmente, la sphère n’est pas assez concave. La modifier et recommencer. Noter l’acuité Vmax obtenue.
    3. On n’a pas d’hypothèse fiable sur l’axe de l’astigmatisme du sujet lors de l’examen préliminaire et le sujet a répondu au test de Parent
      1. Rechercher la sphère D0 de meilleure acuité puis rebrouiller le sujet de 0,50 ou 0,75 d . S’assurer du rebrouillage.
      2.  Deux solutions se présentent alors à vous
          • soit refaire le test de Parent et déterminer l’axe de la compensation en cylindre négatif de l’astigmatisme et opérer comme indiqué au dessus
          • soit directement passer au test du Mire Chevrons comme indiqué ensuite. La première solution me paraît préférable.
      3.  Présenter au sujet le test Mire-Chevrons bissectrice des chevrons verticale (les astigmatismes directs étant plus fréquents que les astigmatismes inverses)
        Demander au sujet quels sont les traits des deux mires (carrés) qu’il voit les plus nets ou les plus noirs.
        1. Il voit les traits de la mire verticale plus noirs, continuer l’examen.
        2. Il voit les traits de la mire horizontale plus noirs. Faire tourner le test de 90° avant de poursuivre l’examen.
        3. Il voit les deux mires identiques.
          • - Le sujet n’est pas astigmate ou son astigmatisme est faible et il répond mal à ce test, il faudra vérifier avec la méthode suivante.
          • - L’axe de la compensation en cylindre négatif est à 45° ou 135°. Tourner alors le test de 45° et faire comparer. Si toujours identique, on revient au cas a sinon continuer l’examen en ayant pris soin de vérifier que la bissectrice des chevrons est parallèle à la direction du trait de la mire vue la plus nette.
        4. Faire comparer les deux côtés des traits des chevrons.
      4. Opérer ensuite comme dans le cas précédent.

Retour au plan